Apprendre, c’est chercher à acquérir un ensemble de connaissances par un travail intellectuel ou par l’expérience.

Chacun de nous, enfant ou adulte, apprend à partir de ce qu’il sait déjà, de sa vision et de sa compréhension du monde. C’est sur ce déjà là que viennent s’ajouter les nouvelles connaissances.  Ces dernières confortent ou contrarient nos croyances, c’est ce que l’on nomme le conflit cognitif. Ce moment où la nouvelle notion nous semble si complexe, si difficile à saisir et où les efforts à fournir peuvent nous sembler démesurés.

C’est à ce moment là que l’enseignant, l’accompagnant joue un rôle essentiel. Il doit, par ses choix méthodologiques, permettre à l’apprenant de franchir chaque étape qui l’amènera à l’apprentissage réel. Et parce que chacun à son propre déjà là, chaque parcours doit être personnalisé en terme de choix de progression, de méthode, de rythme de travail... Et comme chaque apprentissage, petit ou grand, modifie le déjà là, alors chaque parcours doit être régulièrement réajusté. Toutefois, l’apprenant aussi a son rôle à jouer car lui-seul «apprend». Il faudra être attentif, mémoriser, se concentrer, essayer, faire des erreurs et persévérer.

Les difficultés d’apprentissages apparaissent lorsque le duo enseignant-apprenant est déséquilibré, lorsque les besoins de chacun ne sont pas respectés.